Risquons-nous d’aimer le Calvinisme plutôt que d’être des Calvinistes aimants ?