Le fils - identite et mission

Jean 1-8

Jason Procopio

Au mois de mars nous avons commencé une série de messages sur l’Evangile selon Jean, et nous avons vu ensemble les huit premiers chapitres de ce livre. Mais beaucoup d’entre vous ne veniez pas à l’église à ce moment-là (un sujet de grande joie, d’ailleurs, que vous soyez ici maintenant). Alors plutôt que de simplement redémarrer la série à partir du chapitre 9, je pensais qu’il serait utile de faire un grand résumé de ces huit chapitres, afin que la semaine prochaine, quand Nicolas viendra prêcher sur le chapitre 9, vous serez à jour.

Ce que nous allons faire donc sera un peu inhabituel—nous verrons en deux versets le but de Jean pour son évangile ; puis un aperçu rapide des huit premiers chapitres ; ensuite, nous allons résumer les grands thèmes sur Jésus qu’on y trouve.

INTRODUCTION

Prenez vos Bibles si vous en avez (si vous n’en avez pas, il y en a sur le bord du canapé—vous pouvez la prendre et la garder, c’est notre cadeau à vous), et tourner si vous voulez bien à Jean chapitre 20, au verset 30 (p. 705) ; nous allons lire les versets 30-31.

LE BUT

Et dans 20.30-31, il donne très clairement le but de son évangile—il dit ce qu’il souhaite pour ce livre, quel effet il veut provoquer : Jésus a accompli encore, en présence de ses disciples, beaucoup d'autres signes qui ne sont pas décrits dans ce livre. 31 Mais ceux-ci ont été décrits afin que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie en son nom.

Si vous n’avez pas encore vu, le nom de cette série s’intitule “Le Fils”. Le titre est simple, parce que le livre est, à la base, simple : il parle du Fils de Dieu, Jésus-Christ, et tout ce qu’il dit est centré sur lui. Jésus est le personnage principal de cette histoire, Jésus est sa raison-d’être, Jésus est au centre de tout. Alors si vous n’aimez pas entendre le nom de Jésus, vous n’allez pas aimer ce message, ni tous les messages qui suivent, parce que nous prêchons la Bible, et la Bible entière parle de Jésus. 

Le but de Jean est que les hommes et les femmes qui lisent ce livre croient que Jésus est le Fils de Dieu, et qu’en croyant en Jésus ces lecteurs aient la vie éternelle. Alors voyons ensemble un survol rapide des huit premiers chapitres.

CHAPITRES 1-8

Jean commence son livre par une introduction merveilleuse de tout ce qui va suivre—on va y passer du temps. Après l’introduction, les choses se passent très vite.

Jean-Baptiste annonce la venue du Messie, et il reconnaît très vite Jésus comme étant ce Messie, ce “Christ”. Alors Jésus commence à s’entourer de disciples et à faire des miracles pour prouver qu’il vient de Dieu : il change l’eau en vin lors d’un mariage, il guérit des malades, il démontre une connaissance surnaturelle, il multiplie de la nourriture, il marche sur l’eau. En même temps qu’il fait ses miracles, il enseigne les gens autour de lui concernant pourquoi il fait ces miracles, qui il est, ce qu’il est venu faire, et ce que ça veut dire d’être sauvé, être né de nouveau. Mais en faisant tout cela, il suscite la colère des chefs religieux juifs, qui voient en lui une menace à leur façon de vivre, et encore pire, qui trouvent que Jésus commet du blasphème par ses propos. Alors ils commencent à comploter pour le tuer.

Voilà les événements des huit premiers chapitres. Mais quel est vraiment son contenu ? Rappelons-nous que Jean nous dit ces choses afin que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie en son nom. Qu’est-ce qu’il nous dit donc concernant cet homme Jésus ?

Dans quasiment tous les chapitres, il parle de 2 aspects de la personne de Jésus—c’est par ces deux aspects que nous pouvons résumer les huit premiers chapitres de Jean, ce sont deux aspects de Jésus qui reviennent sous une forme ou une autre sens cesse. Et puisqu’à l’Eglise Connexion notre seul souhait et de connaître Jésus et de le faire connaître aux autres, cela nous va très bien. Nous y voyons :

    - Son identité

    - Sa mission

Il y a beaucoup plus que nous pourrions dire—que nous avons dit dans les mois qui ont précédé l’été—mais puisque nous n’avons pas le temps de tout revoir, je me contenterai de revoir ces deux éléments essentiels.

1. IDENTITÉ

DIEU

Dans le premier verset de son livre, Jean nous dit que Jésus est “la Parole” (1.1-3) : Au commencement, la Parole[a] existait déjà. La Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Tout a été fait par elle et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle.

Chaque livre de la Bible a un but différent, et un public différent vers lequel il est destiné. L’évangile de Jean était destiné à la fois aux juifs et aux non juifs qui vivaient dans le monde gréco-romain du premier siècle. En employant ce terme “la Parole”, Jean parle au monde grec—“la Parole” était pour eux la force qui a créé le monde et qui maintenait son existence. Mais par son langage, il parle aussi aux juifs, en rappelant les premiers mots de leur Bible—Au commencement Dieu créa le ciel et la terre—et les juifs savent que c’est en parlant, par sa parole, que Dieu a créé le monde. Il réussit à expliquer à tout le monde que Jésus est Dieu. 

Jésus le dit encore plus clairement dans le chapitre 8—il choque la foule au verset 58 en disant : «En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham soit né, je suis En disant “Je suis,” il prononce le nom que Dieu a employé pour s’identifier à Moïse, et dit qu’en fait, ce Dieu qui a parlé à Moïse, c’est moi, Jésus—c’est moi qui était sur cette montagne avec Moïse, c’est moi qui était avant Abraham, c’est moi qui suis Dieu. Et c’est scandaleux—la réaction de la foule, c’est de vouloir le tuer. Pourquoi est-ce que c’était scandaleux ? Parce que Jésus était visiblement un homme.

C’est pour cela qu’au verset 14 de son introduction, Jean dit : Et la Parole s'est faite homme, elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire… Le grand Dieu de création, celui qui maintient l’existence de tout, s’est rendu faible ; il s’est exposé à la soif (chapitre 4), à la calomnie (chapitres 6-8), à la mort (comme nous verrons par la suite). Le Dieu de l’univers est devenu un homme, a habité parmi nous et nous a montré sa gloire.

Alors Dieu s’est fait homme—il est descendu sur la terre dans la personne de Jésus-Christ. Mais Jean explique que son identité est encore plus complexe que cela.

FILS

Encore, au verset 14 : Et la Parole s'est faite homme, elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père. Alors Jésus est Dieu, en chair et en os—la Parole était Dieu—et Jésus est aussi le Fils de Dieu—Fils unique venu du Père.

La première chose essentielle que Jean veut nous dire est que l’homme Jésus est totalement Dieu—la Parole était Dieu. Et la deuxième chose, c’est que Jésus est le Fils de Dieu—Et la Parole s'est faite homme, elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père.

On le voit aussi dans 5.18 : il appelait aussi Dieu son propre PèreEt dans 5.25, Jésus dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, l'heure vient, et elle est déjà là, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l'auront entendue vivront. 

Comment est-ce possible ? Est-ce que la Bible nous donne des indications pour nous aider à comprendre comment Jésus peut être Dieu et le Fils de Dieu ? Je crois que oui, et je crois que nous trouvons de l’aide pour comprendre lorsque nous regardons la mission de Jésus.

2) MISSION

RÉVÉLER LE PÈRE

1.18 :  Personne n'a jamais vu Dieu; Dieu le Fils unique [vous le voyez? Personne n’a jamais vu Dieu sauf Dieu le Fils] qui est dans l’intimité du Père, est celui qui l'a fait connaître. Ici Jean nous dit une des raisons pour lesquelles Jésus est venu sur terre, et cette raison revient sans cesse. Jésus est venu pour faire connaître le Père, pour révéler le Père. Il dit sans cesse dans l’évangile qu’il ne fait que ce que le Père lui a donné de faireet que les œuvres qu’il accomplit rendent témoignage qu’il vient du Père (5.26). Sa mission, par ses œuvres et par ses paroles, est de faire connaître le Père

Dans l’Ancien Testament Dieu se révélait par sa loi et par ses prophètes. Ils ont pu comprendre son caractère et sa volonté, mais ils n’ont jamais pu voir Dieu lui-même. Sa révélation aux hommes était suffisante pour mériter leurs vies, mais Dieu voulait la rendre encore plus complète ; il voulait que les gens le voient de leurs yeux.

Alors Dieu, qui est invisible, envoie sur terre l’image visible de lui-même, son Fils Jésus. C’est dans ce sens qu’il s’appelle le Fils de Dieu—il est l’image visible de Dieu sur la terre. Et Jésus est une image de Dieu qui est tellement complète, tellement parfaite, qu’elle est elle-même Dieu. C’est pour cela que Jésus dit dans 8.19 : Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père.

Jésus est venu sur la terre pour révéler Dieu aux hommes de manière tangible—les gens le voient, ils peuvent le toucher, ils entendent sa voix de manière audible, ils sentent son odeur s’il passe tout près…  Alors c’était la première partie de sa mission—révéler le Père de manière visible et tangible. 

Il faut comprendre que c’était surprenant.  Les juifs attendaient depuis des siècles un personnage qui s’appelle le Messie, le Christ, un guerrier qui les sauverait de l’esclavage. Jean dit que Jésus est le Fils de Dieu, le Messie que les juifs attendaient. Ses disciples le reconnaissent tout de suite—1.41 : André rencontre Jésus, puis il court trouver son frère : Il rencontra d'abord son frère Simon et lui dit: «Nous avons trouvé le Messie», ce qui correspond à Christ. (Le mot “Christ” veut dire “Messie”.)

Et Jésus le dit lui-même à la femme samaritaine dans 4.25 : La femme lui dit: «Je sais que le Messie doit venir, celui que l'on appelle Christ. Quand il sera venu, il nous annoncera tout.» 26 Jésus lui dit: «Je le suis, moi qui te parle.» Jésus est le Messie, le Christ, celui qui sauve son peuple de l’esclavage.

Mais il surprend les gens—il est bien le Christ, le Sauveur qui a été promis, mais il ne se manifeste pas comme ils ont prévu. Il ne se manifeste pas en tant que guerrier—l’esclavage duquel il veut sauver les hommes n’est pas un esclavage politique ou militaire, mais un esclavage spirituel. Il leur promet en fait quelque chose de bien meilleur qu’une vie améliorée aujourd’hui—ce Messie, ce Christ, promet de les sauver de leurs fautes et de leur donner la vie éternelle.

SAUVER LES HOMMES

3.16 : En effet, Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle. Ici, nous voyons une des plus grandes beautés de notre Dieu. Lorsque Dieu choisit enfin de se révéler de manière concrète aux hommes qui l’ont trahi, qui se sont rebellés contre lui depuis le début, il choisit non pas de leur montrer de la force, mais de l’amour. Il choisit non pas de les condamner—ce serait juste—mais de leur donner la vie éternelle ! 

On imagine parfois la vie éternelle comme étant une vie d’ennui interminable. Mais en nous promettant la vie éternelle, Jésus nous promet tout à fait autre chose: il promet la satisfaction éternelle, parce que nous pouvons enfin trouver notre satisfaction à la bonne source—Jésus lui-même. 4.14 : celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura plus jamais soif et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. Alors cette vie éternelle en Jésus est celle qui fait que nous n’ayons plus jamais soif.

6.35, 40 :  35 Jésus leur dit: «C’est moi qui suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim et celui qui croit en moi n'aura jamais soif… 40 En effet, la volonté de mon Père, c'est que toute personne qui voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle, et moi, je la ressusciterai le dernier jour.» Cette vie éternelle en Jésus est celle qui fait que nous n’ayons plus jamais faim.

La faim et la soif sont des images pour le désir fondamental du cœur humain—le désir d’être heureux, d’être comblés, d’être satisfaits par la vie—que nous essayons de remplir par autre chose. Nous faisons tous nos efforts pour être heureux, mais ces efforts seront toujours insuffisants parce que la seule chose qui peut nous combler est le pain de la vie, Jésus-Christ ! Dieu réoriente notre idée du bonheur et des besoins, pour nous faire voir que notre seul besoin fondamental, notre seul bonheur durable et fiable, est Jésus lui-même. 

Lorsque Dieu descend sur terre en forme physique, il le fait afin de combler ce besoin fondamental des êtres humains en leur donnant lui-même—C’est moi qui suis le pain de la vie. C’est pour cela que Jésus a fait tous les miracles qu’il a fait. Chaque miracle répondait à un besoin particulier, comblait un désir particulier, pour nous faire regarder non pas le miracle, mais le faiseur des miracles, pour faire voir qu’il est celui qui est capable de nous donner ce qu’il nous faut vraiment pour être heureux : lui-même.

Cela ne veut pas dire qu’on ne souffre pas. Au contraire, nous souffrirons beaucoup—mais nous trouverons à ce moment-là que la souffrance n’est plus un obstacle à notre joie, parce que même la souffrance la plus atroce ne peut pas nous priver de Jésus.

Le salut, être sauvé, n’est pas moins que cela. Le Père se révèle en Jésus-Christ comme le pain de la vie: Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle.

CONCLUSION

Cette semaine j’ai rencontré un homme qui me parlait de sa difficulté pour croire. Il savait que je suis pasteur, que je suis chrétien, et il me dit : “Tu es convaincu donc de ce que tu crois.” Je répond oui. Il dit : “Tu vois, j’aimerais bien être à 100% convaincu, mais je ne le suis pas.” Et par la discussion qui a suivi, j’ai réalisé que lorsqu’il disait le mot “convaincu”, il ne voulait pas dire la même chose que moi.

“Etre convaincu” ou “croire” ne veut pas dire qu’on n’a jamais de questions, qu’on n’a jamais du mal à accepter ce qui est écrit dans la Bible. Je lui ai dit que j’ai aussi des moments dans la vie où j’ai du mal à croire, où je pense à ce que je crois et à ce que je dis, et je me dis moi-même que c’est fou ! Je n’ai pas encore trouvé les réponses à toutes mes questions, je n’ai pas tout compris. 

Et pendant longtemps, ça me bloquait—je disais toujours, “Dieu, si tu existes, prouve-le ; donne-moi la réponse à telle question, telle question, telle question…” Mais Dieu n’a pas répondu à toutes mes questions; il m’a simplement mis devant la Bible, et dans ses pages j’ai trouvé assez de réponses pour me convaincre que je pourrais lui faire confiance pour tout le reste. Ce n’est qu’après de lui faire confiance que j’ai commencé à avoir des réponses à beaucoup des questions que j’avais. Quand je dis que je suis “convaincu”, que je crois, ça veut dire que dans la Bible, dans ce livre, j’ai été suffisamment convaincu pour faire confiance à Dieu concernant tout le reste que je ne comprends pas.

Et on peut penser que c’est frustrant, mais en faisant les choses ainsi Dieu essaie de nous apprendre à le voir comme notre Père, celui en qui on peut faire confiance pour la vie. Il n’y a rien de plus sage que de mettre sa confiance en Celui qui sait tout. 

Le but de l’évangile selon Jean n’est pas de nous dire tout ce qu’il y a à savoir, ou de répondre à toutes nos questions. Son but est de nous dire ce qu’il faut pour que nous soyons convaincu de faire confiance à Jésus. Et cela, c’est l’essence même de la foi—faire confiance à quelque chose qu’on ne voit pas (Hébreux 11.1).

Jean ne dit pas tout ce qu’il y a à dire dans son évangile—il le dit lui-même à la fin. Mais il dit assez pour nous convaincre que Jésus est Dieu lui-même, le Fils de Dieu, le Christ, venu sur terre pour révéler Dieu aux hommes et pour les sauver. Et nous verrons par la suite qu’il nous sauve en mourant à notre place, pour payer le prix des fautes qu’il n’a pas commises. Et maintenant que nous connaissons qui est Jésus, nous voyons à quel point ce sacrifice est incroyable de la part de Dieu. Dieu lui-même, l’agent de toute création, celui qui est suffisant pour combler le besoin fondamental de tous les êtres humains, prend nos imperfections sur lui-même et est puni de manière atroce à notre place

Non seulement le grand Dieu de l’univers aiment ceux qui se rebellent contre lui ; non seulement il veut se révéler à eux ; non seulement il veut leur montrer sa gloire dans la personne de son Fils ; non seulement il veut que nous trouvions en lui la seule source de vie et de joie ; mais il le veut à un tel point où il est prêt à sacrifier son Fils pour l’accomplir. Nous sommes des personnes totalement dépravées qui reçoivent une grâce infiniment coûteuse de la part d’un Dieu infiniment glorieux. 

Jean dit que son but en nous décrivant Jésus-Christ dans son livre est que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie en son nom. Prions donc qu’en considérant la personne de Jésus-Christ dans cet évangile dans les semaines à venir, nous croyions qu’il est le Fils de Dieu et que nous ayons la vie en son nom—et que par notre témoignage, ceux qui nous entourent puissent le connaître aussi.