Eglise Connexion 

Module Logos : “Défendre sa foi”

1. Fondements

Soyez toujours prêts à défendre l'espérance qui est en vous, devant tous ceux qui vous en demandent raison, [mais] faites-le avec douceur et respect, en gardant une bonne conscience, afin que là même où ils vous calomnient [comme si vous faisiez le mal], ceux qui critiquent votre bonne conduite en Christ soient couverts de honte. En effet, il vaut mieux souffrir, si telle est la volonté de Dieu, en faisant le bien qu'en faisant le mal.

(1 Pierre 3.15-17)

Apologétique (Larousse) : > partie de la théologie qui a pour objet de démontrer la crédibilité rationnelle et historique du dogme.

Comme dit Pierre, nous devons toujours être prêts à défendre l’espérance qui est en nous devant ceux qui nous en demandent raison. Mais nous avons toujours l’impression d'avoir besoin de tout connaître sur les croyances de nos interlocuteurs pour pouvoir donner une telle défense. Il est très utile d'en connaître autant que possible, mais il sera impossible de tout connaître. Ce premier Module sur l’apologétique vise donc des principes généraux — ce que nous devons faire, que l’on connaisse les croyances de l’autre ou non.

Introduction

Aucune conversion n’a lieu sans l’œuvre de l’Esprit.

Actes 16.13-14 : 13 Le jour du sabbat, nous nous sommes rendus à l’extérieur de la ville, au bord d'une rivière où nous pensions trouver un lieu de prière. Nous nous sommes assis et avons parlé aux femmes qui étaient réunies. 14 L'une d'elles s’appelait Lydie. C’était une marchande de pourpre originaire de la ville de Thyatire, qui craignait Dieu. Elle nous écoutait et le Seigneur a ouvert son cœur pour qu'elle soit attentive à ce que disait Paul.

Jean 3.5-8 : 5 Jésus répondit: «En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d'eau et d'Esprit, on ne peut entrer dans le royaume de Dieu. 6 Ce qui est né de parents humains est humain et ce qui est né de l'Esprit est Esprit. 7 Ne t'étonne pas que je t'aie dit: ‘Il faut que vous naissiez de nouveau.’ 8 Le vent souffle où il veut et tu en entends le bruit, mais tu ne sais pas d'où il vient, ni où il va. C’est aussi le cas de toute personne qui est née de l'Esprit.»

Ce que nous voyons dans le récit de Lydie dans Actes 16 est exactement ce que Jésus nous a dit dans Jean 3. Si une personne naît de nouveau, c’est parce que l’Esprit a fait cette œuvre de nouvelle naissance dans son cœur. Aucune conversion n’a lieu en dehors de l’œuvre de l’Esprit.

Dieu se sert du témoignage des chrétiens pour faire ce travail.

Le Saint-Esprit convainc les cœurs de leur péché et leur besoin d’un Sauveur. Mais il le fait très souvent par le moyen du témoignage des chrétiens, qui appliquent l’évangile à la situation de leur interlocuteur.

Actes 17.22-23 : 22 Paul, debout au milieu de l'Aréopage, dit: «Athéniens, je vous trouve à tout point de vue extrêmement religieux. 23 En effet, en parcourant votre ville et en examinant les objets de votre culte, j'ai même découvert un autel avec cette inscription: ‘A un dieu inconnu’! Celui que vous révérez sans le connaître, c'est celui que je vous annonce.

Les athéniens n’avaient aucun arrière-plan judaïque, aucune connaissance du Christ et donc aucun moyen de concevoir ce dont Paul parlait. Il a fallu que Paul leur parle de quelque chose que lui-même comprenait premièrement, afin de faire le lien entre ce qu’ils savaient déjà et ce que Jésus proclamait.

L’apologétique est souvent une porte à franchir avant que l’on accepte de lire la Bible ou d’écouter une prédication (Exemple : C. S. Lewis et moi.)

Les français

Les français aiment le débat, la philosophie, la réflexion. Cet amour nous donne une bonne occasion pour nous servir de l’apologétique, car l’apologétique consiste à appliquer les principes de l’évangile aux inquiétudes, aux questionnements et aux vies de chacun et chacune. 

Mais l’amour des français pour la réflexion et le débat nous donne une difficulté aussi, car l’efficacité de l’apologétique est limitée. Comme nous l'avons vu lors de notre Module sur la Parole de Dieu, le travail du Saint-Esprit se fait souvent par des chemins inexprimables. Même si la foi chrétienne est profondément logique et raisonnable, les règles de logique qui s’y appliquent ne sont pas forcément les mêmes que celles qui s’appliquent au reste du monde. Il y a certaines vérités que nous devrions accepter par la foi avant d’en voir la logique. Comme Jésus a dit : “Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru” (Jean 20.29).

Est-ce que ça veut dire que l’apologétique est inutile ?

Bien sûr que non — sinon Paul n’aurait pas raisonné avec les Athéniens, et Pierre ne nous aurait pas dit de préparer une défense de notre espérance.

L’argumentation seule ne peut faire le travail nécessaire à la conversion. Actes 17.32 : 32 Lorsqu'ils entendirent parler de résurrection des morts, les uns se moquèrent et les autres dirent: «Nous t'entendrons là-dessus une autre fois.» 

Seul l’Esprit de Dieu, par l’intermédiaire de la Parole de Dieu, peut convaincre les cœurs de justice. 1 Timothée 3.16-17 :  Toute l’Ecriture est inspirée [θεόπνευστος, même racine que le mot πνεῦμα, “Esprit”] de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, 17 afin que l'homme de Dieu soit formé et équipé pour toute œuvre bonne.

Cette puissance de l’Esprit nous encourage : nous n’avons pas besoin d’être des maîtres du débat. Nous faisons notre travail du mieux possible, et l’Esprit fait le reste. 

1 Corinthiens 2.1-5 : Pour ma part, frères et sœurs, lorsque je suis venu chez vous, ce n'est pas avec une supériorité de langage ou de sagesse que je suis venu vous annoncer le témoignage de Dieu, 2 car j'avais décidé de ne connaître parmi vous rien d’autre que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié. 3 J'ai été faible, craintif et tout tremblant chez vous. 4 Ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse [humaine], mais sur une démonstration d'Esprit et de puissance, 5 afin que votre foi soit fondée non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.

L’apologétique est un outil (parmi d’autres) entre les mains de Dieu (Actes 17.22-34). 

Principes généraux

Il n’y a pas de méthode pré-établie qui permettra une apologétique parfaite.

Ex. Evangelism Explosion — une méthode américaine d’évangélisation. Utile parfois, mais son point faible est son manque de contextualisation.

2 exemples :

  • Interlocuteur 1 : un scientifique athée. Points d’appui : l’ordre de la nature, la précision moléculaire.
  • Interlocuteur 2 : un musulman. Points d’appuis : Abraham, les histoires de l’A. - T.

Les points d’appui ne seront pas forcément les mêmes pour les deux. 

C’est avant tout une question de pratique.

Il y a certaines informations que nous pouvons apprendre d’avance pour nous aider lorsque nous sommes en situation (par exemple ce que croient les musulmans), mais il y a tellement de situations variées qu’on ne peut jamais se préparer à tout.

Alors comment procéder ? 

1) Apprendre et comprendre leurs objections ; éviter “l’esprit du débat”.

1 Pierre 3.15-16 : Soyez toujours prêts à défendre l'espérance qui est en vous, devant tous ceux qui vous en demandent raison, [mais] faites-le avec douceur et respect, en gardant une bonne conscience…

Si l'on ne sait pas ce que croient nos interlocuteurs, on peut le leur demander. Après la discussion, nous pouvons mettre tout ce dont nous nous rappelons par écrit, puis réfléchir sur la manière dont l’Evangile s’applique à ces objections. On peut également inviter la personne en question à prendre un café, puis lui parler de nos réflexions.

Nous devons reconnaître la difficulté des vérités que nous souhaitons partager. (Ex. la naissance de Jésus à une vierge : problème réel — et compréhensible — des musulmans.) Il y a des réponses à leurs objections, mais il faut reconnaître que ces objections sont souvent très logiques.

Il faut donc les écouter avec douceur et respect, et éviter un “esprit de débat” qui mènera à des discussions qui sont plus distrayantes qu’utiles. 1 Timothée 1.5-6 : 5 Le but de ces instructions, c’est un amour qui provienne d'un cœur pur, d'une bonne conscience et d'une foi sincère. 6 Certains se sont écartés de cette ligne et se sont égarés dans des discours creux.Certains se sont écartés de cette ligne et se sont égarés dans des discours creux.

2) Soigner les relations avec les non croyants.

Marc 2.13-17 : 13 Jésus sortit de nouveau du côté du lac. Toute la foule venait à lui et il l'enseignait. 14 En passant, il vit Lévi, fils d'Alphée, assis au bureau des taxes. Il lui dit: «Suis-moi.» Lévi se leva et le suivit. 15 Comme Jésus était à table dans la maison de Lévi, beaucoup de collecteurs d’impôts et de pécheurs se mirent aussi à table avec lui et avec ses disciples, car ils étaient nombreux à le suivre. 16 Le voyant manger avec les collecteurs d’impôts et les pécheurs, les spécialistes de la loi et les pharisiens dirent à ses disciples: «Pourquoi mange-t-il avec les collecteurs d’impôts et les pécheurs?» 17 Jésus, qui avait entendu, leur dit: «Ce ne sont pas les bien portants qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs, [à changer d’attitude].»

Il faut absolument que nous passions du temps avec les gens qui ne croient pas, pour plusieurs raisons :

  • Si nous n’avons pas d’amis non croyants, notre capacité à anticiper les objections au christianisme sera très limitée.
  • Nous ne devons surtout pas voir les non chrétiens comme des “convertis potentiels”, mais des personnes que Dieu aime. Lorsque nous passons du temps avec eux, nous nous amusons, et nous développons des relations solides avec eux — la meilleure fondation qui soit pour une discussion fructueuse autour de la foi. 
  • Des relations saines avec des non croyants peuvent nous apprendre beaucoup sur Dieu et l’humanité qu’il a créée — ce sont des êtres humains, créés à l’image de Dieu, qui ont des points de vue valides. 
  • Ne pas considérer leurs objections comme stupides ou insensées — d’un point de vue logique, elles sont souvent très justes et normales.

3) Approuver et éprouver leurs croyances.

Matthieu 5.27-28 : 27 Vous avez appris qu'il a été dit: Tu ne commettras pas d'adultère. 28 Mais moi je vous dis: Tout homme qui regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. 

Le christianisme est la conclusion naturelle que nous tirerions si nous avions toutes les informations. Notre but est de faire que les gens voient cela.

Alors nous approuvons les bonnes choses que les gens croient (“Moi, je le crois aussi”), tout en éprouvant ces croyances à la lumière de l’Evangile (“Si tu crois ______, pourquoi ne crois-tu pas ______ ?”).

Exemple de Tim Keller : le pluralisme — l’idée que nous devons accepter les différences culturelles des autres.

Approuver : Le christianisme est la seule religion véritablement globale (pourcentages des autres religions dans d’autres pays, par rapport à celui du christianisme). Richard Dawkins : “Le christianisme est de loin la religion la plus globalement diverse, et ce fait témoigne en sa faveur.” 

Eprouver : Le christianisme respecte la diversité des autres cultures, alors qu’il affirme une solution commune aux divers problèmes de ces cultures.

En Afrique, il y a des croyances en des esprits variés, des esprits malsains. Le christianisme affirme que ces esprits existent, mais dit qu’un Sauveur est venu pour sauver l’humanité de leur puissance. Le christianisme affirme leurs croyances, tout en leur montrant où ces croyances se placent dans l’histoire biblique. Il approuve et éprouve leurs croyances.

4) Ne pas avoir peur de dire qu’on ne sait pas.

Tite 1.7 : En effet, en tant qu’intendant de Dieu, il faut que le responsable soit irréprochable. Il ne doit pas être arrogant, colérique, buveur, violent ni attiré par le gain.

Parfois, nous serons devant quelqu'un qui est simplement plus intelligent que nous. Ça ne veut pas dire qu’il a forcément raison, mais il a des arguments mieux affûtés, ou il nous pose une question à laquelle nous n’avons jamais pensé. Et parfois nous répondons en persistant à argumenter parce que nous avons envie de gagner. Il faut que nous soyons assez humbles pour admettre que nous ne savons pas tout. Il n’y a pas de honte de dire qu’on ne sait pas. Un tel aveu montre notre humilité et notre respect pour l’intelligence de notre interlocuteur.

5) Bien connaître sa Bible.

C’est un travail sur le long terme.

C’est l’Esprit qui convainc les cœurs par la Parole, illuminée par l’Esprit. Romains 10.17 : Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la Parole de Dieu.

6) Prendre courage !

Esaïe 55.11 : 10 La pluie et la neige descendent du ciel et n'y retournent pas sans avoir arrosé la terre, sans l’avoir fécondée et avoir fait germer ses plantes, sans avoir fourni de la semence au semeur et du pain à celui qui mange. 11 Il en va de même pour ma parole, celle qui sort de ma bouche: elle ne revient pas à moi sans effet, sans avoir fait ce que je désire et rempli la mission que je lui ai confiée.