NOTE : N’oubliez pas de rappeler aux gens de l’importance des groupes de disciples.

Si quelqu’un n’a pas déjà un groupe de disciples, qu’il le dit, et demande aux gens dans le groupe de communauté s’ils ont un groupe qu’il peut rejoindre (ou alors s’ils peuvent former un nouveau groupe).

S’ils ne savent pas ce qui s’y passe, vous pouvez leur envoyer le trame pour les rencontres des groupes de disciples : cliquez ici pour le télécharger.

serviteurs et citoyens (Luc 19.11-27)

REVISION

  1. Lire Luc 19.11-27.

  2. Résumez brièvement la parabole.

    1. Un notable reçoit le règne d’un pays en révolte contre lui, et pendant son départ pour accéder au trône il donne à dix serviteurs de l’argent pour qu’ils l’investissent. À son retour, l’homme—maintenant, le roi—appelle ses serviteurs pour voir ce qu’ils ont fait de l’argent. Un serviteur a pris sa pièce d’or et en a rapporté dix de plus ; le roi le récompense donc en lui donnant dix villes à gouverner. Le deuxième a rapporté cinq pièces d’or en plus, et le roi lui donne cinq villes à gouverner. Le troisième n’a rien fait de ses pièces, parce qu’il avait peur du roi ; le roi le condamne donc, et lui enlève sa pièce, et la donne au premier serviteur. Et enfin, il s’occupe des citoyens rebels de son pays—il les fait venir et les fait tuer devant lui.

  3. Qu’est-ce qui caractérise les citoyens rebels (v. 27), et à qui correspondent-ils ?

    1. Ils rejettent le règne du roi.

    2. Dans le contexte immédiat, ce sont les Juifs qui rejettent l’autorité de Jésus.

    3. Dans un contexte plus étendu, c’est tous les êtres humains—de nature pécheresse, nous résistons tous à l’autorité de Jésus.

  4. Qu’est-ce qui caractérise le mauvais serviteur (v. 20-26), et à qui correspond-il ?

    1. Il est hypocrite : il se dit serviteur du roi mais ne lui obéit pas.

    2. Il a peur du roi parce qu’il ne le connaît pas—il dit que c’est un homme dur qui profite du travail des autres, ce qui n’est clairement pas le cas (vu la manière dont il récompense les bons serviteurs).

    3. Ce serviteur correspond à ceux qui prétendent connaître Dieu et le servir, mais qui ne le font pas.

  5. Qu’est-ce qui caractérisent les bons serviteurs (v. 16-19), et à qui correspondent-ils ?

    1. Ils sont caractérisés par leur fidélité—ils acceptent l’autorité du roi, et font ce qu’il leur dit de faire.

    2. Ces serviteurs correspondent à tous ceux qui acceptent l’autorité de Jésus et qui le suivent fidèlement.

DISCUSSION

  1. Qu’est-ce que la vision que Jésus présente ici—des récompenses différentes en fonction de la fidélité de la personne—provoque en vous lorsque vous l’entendez ? Quel impact cette connaissance devrait-elle avoir sur notre vie ?

    1. Ne nous perdons pas trop dans des spéculations de ce à quoi ressembleront ces récompenses variées—la Bible ne nous donne pas ces détails-là.

  2. Pourquoi est-il dangereux de réfléchir plus à nous devons faire, et moins à ce que nous devons être ?

    1. Cela ne sert à rien de prendre la bonne décision si nous sommes encore les mauvaises personnes. Les motivations derrière nos choix, dans l’enseignement de Jésus, sont aussi importantes que les choix eux-mêmes.

    2. Ce qui a provoqué l’approbation du roi pour les bons serviteurs était leur fidélité—et non pas leur efficacité. (Il les récompense en fonction du résultat, mais il ne punit pas le 2e serviteur pour avoir moins produit que le 1e. Il approuve quand même son obéissance.)

  3. Jason a dit dimanche que nous devrions pouvoir parler de “servir Dieu” et de “ressembler à Jésus” de manière interchangeable. Pourquoi est-il impossible de servir Dieu sans ressembler à Jésus ? En quoi ressembler à Jésus rend-il notre service envers Dieu possible ?

    1. Lire Romains 8.29.

    2. La volonté de Dieu pour tous ses enfants—l’appel qu’il lance à tout être humain, sans exception—est que nous devenions conformes à l’image de son Fils, grâce à son œuvre pour nous. Tous les humains ne le feront pas, mais c’est cet appel qu’il donne à tous dans l’évangile.

    3. Ses commandements découlent naturellement de son propre caractère saint : nous pouvons faire toutes les bonnes choses, sans les faire pour les bonnes raisons. (Cf. les enseignements de Jésus—nos motivations sont d’une importance capitale : il vise le cœur, et pas seulement le comportement.)

    4. Si nous ressemblons à Jésus, nous aurons les mêmes désirs, les mêmes affections, que lui. Nous serons ainsi capables de voir les occasions de service qu’il se présentent à nous, et désireux de profiter de ces occasions-là.

  4. De quelles manières avez-vous grandi en conformité à Jésus-Christ ? De quelles manières résistez-vous encore cette conformité-là ?

  5. Quel est le rôle de l’église (et de ce groupe) pour nous aider à servir fidèlement Dieu ?