Remarques sur la Sainte Cène à l'Église Connexion

- Jason Procopio

La Sainte Cène, comme vous le savez peut-être, c’est le moment de chaque culte où nous mangeons du pain et buvons du jus de raisin pour nous souvenir de la mort de Jésus pour nous. Certaines personnes se sentent parfois exclues de ce moment du culte. Il y a de bonnes raisons pour ne pas prendre la Cène…mais il y a des gens qui s’excluent eux-mêmes de la Cène par erreur. Cet article cherche à clarifier le point de vue de l’Église Connexion à cet égard, et à encourager tous ceux qui peuvent à participer au « repas du Seigneur » avec nous.

Qu’est-ce que la Sainte Cène ? 

1) Un moyen de nous souvenir de la mort de Jésus pour nous.

Nous lisons très souvent 1 Corinthiens 11.23-36 avant de prendre la Sainte Cène :

En effet, j’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai transmis. Le Seigneur Jésus, la nuit où il a été arrêté, a pris du pain. Après avoir remercié Dieu, il l’a rompu et a dit : [« Prenez, mangez.] Ceci est mon corps qui est [rompu] pour vous. Faites ceci en souvenir de moi. » De même, après le repas, il a pris la coupe et a dit : « Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang. Faites ceci en souvenir de moi toutes les fois que vous en boirez. » En effet, toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’il vienne.

Le pain représente le corps de Christ, et le jus de raisin (ou le vin, selon l’église) représente son sang. Il s’agit des symboles—le pain n’est pas littéralement le corps de Jésus, et le jus n’est pas littéralement son sang. Ce sont des moyens de représenter son corps et son sang, et de nous souvenir de son sacrifice pour nous.

2) Un moyen d'unir « le corps »

Souvent nous lisons ces quatre versets seuls, mais il faut savoir qu’ils viennent dans un contexte plus large. Dans les versets 17-34 d’1 Corinthiens 11, Paul parle des divisions dans l’église de Corinthe : des chrétiens riches qui humilient les chrétiens pauvres, de certains personnes dans l’église qui sont affamées alors que d’autres mangent à leur faim. Paul reproche à l’église de Corinthe leur attitude à cet égard, puisque même en agissant ainsi, ils continuent de prendre la Cène comme si de rien n’était.

Au verset 29, il dit qu’en prenant la Cène, nous devons nous examiner pour nous assurer de pouvoir « discerner le corps » (v. 29: « car celui qui mange et boit, sans discerner le corps, mange et boit un jugement contre lui-même »). Il y a des débats concernant ce que représente « le corps » au verset 29, mais il est important de noter que dans les chapitres 9-12 de ce livre, à chaque fois où Paul parle du corps physique de Jésus, qui a été brisé à la croix, il l’accompagne d’une référence au sang de Jésus, alors que lorsqu’il emploie le mot « corps » seul, il fait référence au corps spirituel de Jésus—l’Église. Nous en concluons donc que l’injonction de ne pas prendre la Cène « sans discerner le corps » signifie que nous devons discerner notre appartenance à la famille de Dieu (l'Eglise), ainsi que notre responsabilité vis-à-vis d'elle, avant de prendre la Cène.

La Cène, ce n’est donc pas seulement un acte par lequel nous nous souvenons de la mort de Jésus: c’est aussi un moyen de déclarer les uns aux autres que nous appartenons au corps de Christ. Lorsque je prends le pain et le jus, je dis à chacun et à chacune d’entre vous : « Je suis l’un de vous. J’appartiens au corps de Christ, je bénéficie de son sacrifice et je place ma foi en lui, tout comme vous. » Et vous me déclarez la même chose lorsque vous prenez la Cène.

La Sainte Cène est un moyen de grâce que Dieu nous a donnés pour fortifier l'unité du corps de Christ alors que nous nous souvenons de la mort de notre Sauveur ensemble.

faut-il être baptisé avant de prendre la cène ?

Plusieurs églises ont des règles très strictes concernant la Cène, et certaines vont jusqu’à interdire la Cène pour ceux ou celles qui ne sont pas encore baptisés (car le baptême est l’autre sacrament que Jésus a ordonné pour montrer que nous avons placé en lui notre foi, et que nous appartenons à son corps).

Nous comprenons totalement pourquoi les églises interdiraient la Cène de cette manière—ils essaient de protéger leurs membres, d’éviter que les gens prennent la Cène « sans discerner le corps ».

Toutefois, nous ne désirons pas imposer des interdictions que la Bible n’impose pas, surtout pour quelque chose d’aussi important pour notre foi que la Cène. Il faut savoir que la Bible ne donne aucun autre critère pour prendre la Cène que la foi en Christ et la connaissance de son appartenance au corps de l’église. 

C’est pour cela que pour prendre la Cène à l’Église Connexion, vous n’avez pas besoin d’être baptisés. Vous êtes des adultes, et nous vous faisons confiance pour vous examiner comme Paul dit de faire, et pour décider pour vous-mêmes si vous avez ou non la foi en Christ. Si vous avez placé en lui votre foi—peu importe à quel point vous êtes un chrétien imparfait—vous faites partie du corps de Christ, et vous êtes donc le bienvenue à la table du Seigneur avec nous.

Et si j'ai péché ?

Il y a des personnes qui évitent de prendre la Cène parce qu'ils ont honte de leur péché. Ils se souviennent de ce que Paul dit aux versets 27-28 d'1 Corinthiens 11 :

C’est pourquoi, celui qui mange ce pain ou boit la coupe du Seigneur indignement sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Que chacun donc s’examine lui-même, et qu’ainsi il mange du pain et boive de la coupe...

Ce désir d'être droits devant Dieu avant de prendre la Cène est un très bon désir. Toutefois, il y a une grande différence entre prendre la Cène alors que nous sommes attristés par nos péchés, et prendre la Cène alors que nous refusons de nous repentir de nos péchés. 

Le moyen que Dieu nous donne d'être réconciliés à lui et d'être déclarés justes devant est la foi en Christ, mise en application dans nos vies par la repentance. La repentance, c'est un engagement à nous détourner de nos péchés et à compter sur Christ seul pour notre salut.

Si nous persistons dans un cycle de péché dont nous ne nous sommes pas repentis, alors c'est clair—il ne faut pas prendre la Cène. Mais si vous avez reconnu l'erreur que vous avez commise, et vous vous êtes repentis de votre péché, alors vous êtes pardonnés : peu importe combien vous avez encore honte de ce que vous avez fait. 

Puisque la Cène est un moyen de nous souvenir du sacrifice de Jésus pour nous, y participer dans le contexte d'un péché repenti est un moyen de grâce pour nous : un acte de foi où nous nous plaçons devant Dieu et où nous déclarons, à lui et les uns aux autres, que le sacrifice de Jésus est suffisant pour payer le prix de ce que nous avons fait et pour nous libérer du pouvoir du péché.

Si vous vous êtes repentis de vos péchés, nous vous invitons donc à participer humblement à la Cène avec nous, afin de déclarer votre confiance en Christ pour votre salut.

Et les enfants ?

La question des enfants qui participent à la Cène est une question difficile.

La Bible ne répond jamais directement à cette question, et les opinions diffèrent à ce sujet. Alors je vais adresser deux cas différents (et il faut savoir que je donne simplement l’opinion des anciens ici—tous les chrétiens ne seraient pas d’accord avec nous).

Le premier cas, c’est celui des enfants qui sont encore petits, qui ne peuvent pas consciemment décider pour eux-mêmes d’accepter ou de rejeter l’évangile. Quand ils sont petits, ils suivent l’exemple de leurs parents. Pendant cette période de leurs vies, la plupart d’entre nous considérons nos enfants comme faisant partie du corps de Christ, tout naturellement. Nous les voyons comme nos petits frères et nos petites sœurs, qui sont sous notre responsabilité spirituelle, et que nous élevons comme des petits disciples de Jésus.

Les gens disent souvent que les enfants sont l’avenir de l’église. Je ne suis pas du tout d’accord—comme un auteur l’a dit, « Nos enfants ne sont pas l’avenir de l’église, ils sont le présent de l’église. » Etant donné la manière dont Jésus a accueilli les petits enfants (et a reproché à ses disciples leurs efforts de les éloigner), j’ai du mal à imaginer Jésus dire à nos enfants qu’ils ne sont pas les bienvenues à sa table.

La Cène n’est pas seulement une manière de professer notre foi en Christ ; c’est aussi un moyen de grâce pour nous tous. Par la Cène nous comprenons l’évangile plus pleinement et nous lui faisons confiance plus complètement. Alors je crois que les petits enfants devraient être les bienvenus à la table du Seigneur, comme nous—eux aussi ont besoin de ce moyen de grâce.

Le deuxième cas, c’est des enfants un peu plus grands (l’âge varie d’un enfant à l’autre, alors parents—vous devez connaître vos enfants), et qui peuvent consciemment décider d’accepter ou de rejeter l’évangile. Dans ce cas, on fait avec eux comme on ferait avec n’importe quel adulte raisonnable.

Dans les deux cas, parents, nous vous demanderons de suivre une simple règle de sagesse. Prenez quelques instants (si nécessaire) pour parler à vos enfants de ce qu'est la Sainte Cène, et pour vous poser les questions suivantes :

  • Vos enfants comprennent-ils ce que Christ a fait pour eux, et font-ils confiance à Christ pour leur salut (même si leur compréhension de son sacrifice reste limitée) ?
  • Vos enfants grandissent-ils en obéissance comme un fruit de la repentance ? (Non pas : « Sont-ils parfaits ? » mais plutôt : « Est-ce qu’ils font des progrès, et pourquoi ? »)
  • Vos enfants comprennent-ils ce que signifie appartenir au corps de Christ (même si leur compréhension de cette appartenance reste limitée) ?
  • Croyez-vous que vos petits enfants font partie du corps de Christ (même si un jour ils arriveront à un âge où ils pourront rejeter l'évangile) 

Si vous pensez que la réponse à ces questions seraient « Oui », alors nous vous encourageons à les inviter à participer avec nous. Si toutefois vous êtes mal à l’aise avec cette idée, merci d’expliquer à vos enfants ce qui se passe, et de les inviter à rester tranquillement à leur place pendant que vous vous levez pour prendre la Cène.