L’appel de Dieu pour la ville

Philippe Simo

Paris est une ville connue et reconnue à l'échelle internationale. Elle a su garder l'image d'une ville très riche culturellement, capitale de la mode et du luxe. Elle garde le premier rang mondial en termes d'équipements culturels (théâtres, opéras, musées, cinémas, salles de spectacles, etc.) L'image de la capitale reste donc celle d'une ville « romantique », d'une ville musée, qui reste une des premières destinations touristiques internationale. Vu sous cet angle, Paris n’a que des atouts et pourtant, si nous regardons d’un point de vue spirituel le tableau n’est pas aussi reluisant. 

Le livre de Jonas commence ainsi : La parole de l'Eternel fut adressée à Jonas, fils d'Amitthaï, en ces mots : Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et crie contre elle! car sa méchanceté est montée jusqu'à moi. (Jonas 1 :1-2). 

A son époque, Ninive était une grande ville, capitale de l’empire Syrien. Ninive est l'une des plus anciennes cités de Mésopotamie. Elle était un important carrefour de routes commerciales traversant le Tigre. Elle occupait une position stratégique sur la grande route entre la mer Méditerranée et le plateau iranien, ce qui lui a apporté la prospérité, de sorte qu'elle est devenue l'une des plus grandes cités de toute la région. Et pourtant malgré cet état reluisant, Dieu dit de Ninive que : sa méchanceté est montée jusqu'à moi

LE PÉCHÉ DE NINIVE

Pour plusieurs, l’économie est le baromètre le plus important pour évaluer la santé d’un état et pourtant aux yeux de Dieu c’est l’aspect spirituel qui prime. Quand Dieu a regardé Ninive, il n’a pas considéré sa richesse, ou encore son rayonnement économique. Quand Dieu a regardé à Ninive, il a vu une ville dans laquelle le péché régnait, une ville dans laquelle la rébellion contre lui avait atteint des sommets. 

Ninive était une grande ville à plusieurs égards. Grand économiquement mais surtout grand dans son péché. Que dire donc de Paris, notre ville ? Et de la France en général ? Il n’y a pas besoin de beaucoup de démonstration pour être convaincu du fait que notre ville soit remplie de péchés. Mais où est donc Dieu et pourquoi ne juge-t-il pas Paris ? Est-ce à cause du grand nombre de cathédrales qu’on y retrouve ? La question qu’on pourrait légitimement se poser est de savoir quelle est la limite de Dieu par rapport au péché d’une ville ? 

Quand Dieu regarde à Paris, il voit : 

  • les millions d’avortement réalisés depuis 1975 (chiffres de l’INED) ;
  • l’immoralité galopante ainsi que la pornographie ;
  • la redéfinition du mariage ;
  • l’égo qui anime de manière globale la population…

Dieu étant le même hier aujourd’hui et éternellement, il ne peut pas être indiffèrent à cette situation. Tout ceci dit, Dieu voit aussi et surtout :

  • une ville qui se meurt dans son péché et qui a besoin d’un Sauveur. 

L’APPEL DE DIEU POUR SON EGLISE

« Crie contre elle… »

J’ai toujours été très intrigué par la réponse de Jonas à l’appel de Dieu. On sait que le peuple d’Israël s’est toujours détourné de Dieu, malgré tout ce qu’il avait accompli pour lui. On sait aussi que plusieurs rois se sont rebellés contre Dieu en adorant des idoles et entrainant de fait le peuple dans leur égarement. En revanche, qu’un prophète désobéisse de manière aussi frontale à Dieu est très rare. Et pourtant Jonas nous prouve que ça reste possible. Les prophètes n’étaient pas des marionnettes et leur grande obéissance à Dieu nous interpelle. Dieu veut sauver Ninive et y envoie son prophète pour apporter un message de repentance et Jonas désobéit. 

Aujourd’hui encore il est possible d’avoir le même type d’attitude si en tant que chrétien on se désintéresse à l’état spirituel de notre pays ou de notre ville simplement parce qu’on est sauvé.

De nos jours, cet appel de Dieu reste valable pour le monde entier et de fait pour Paris. Dieu envoie son Église délivrer un message d’amour et de repentance : l’Evangile. L'Église de Dieu existe pour appeler les hommes et les femmes à célébrer et à être transformés par la vie, la mort et la résurrection de Jésus-Christ. La Bonne Nouvelle de la Bible nous pousse à l'aimer, à aimer nos prochains et à aimer la ville. Nous souhaitons rendre visible cette Bonne Nouvelle par nos vies, par notre communauté, et par la joie qui nous caractérise. 

Quelle est donc notre réponse individuelle ? Comment répondons-nous à cet appel à briller ? Sommes-nous comme Jonas en train de désobéir à notre appel ou alors travaillons-nous avec Dieu pour qu’il glorifie son nom au travers de nous là où nous sommes ? Dieu nous appelle à briller dans un monde de ténèbres (Philippiens 2 :15).

C’est maintenant que nous devons briller. Dieu nous donne à chacun des opportunités à saisir. 

Puisse Dieu nous aider à le laisser être visible au travers de nous.